Note de lecture : Stratégies & tactiques C++, par Robert B. Murray

Note : 7 ; Des conseils d’expert sur l’utilisation avancée du C++, pour le développeur émérite. N’est toutefois pas à la hauteur des ouvrages de Scott Meyers.

Ce livre fait également partie de la série à laquelle appartiennent les ouvrages de Tom Cargill et Scott Meyers. Il s’agissait à l’époque de produire une série d’ouvrage donnant des avis d’experts. Si « effective C++ » donna non seulement naissance à une série de texte mais aussi inspira d’autres auteurs, celui-ci reste plus qu’honorable. Ecrit par le créateur de C++ Report et chroniqueur de “C++ obfuscated” dans cette même revue, ce livre s’attaque à des préoccupations très techniques : effet de bord des initialisations, de l’héritage virtuel, etc… Chaque chapitre se termine par un paragraphe “En bref” qui résume celui-ci, et par un paragraphe “Questions” qui permet au lecteur de faire le point sur ses connaissances acquises.

C’est la traduction Française que j’ai acquise. Dans cette version, le livre compte quand même 280 pages réparties en 11 chapitres.

Plus que de langage, c’est de conception dont nous parle le chapitre 1 et plus particulièrement d’abstraction (et aussi d’héritage, donc). Mais point de code C++ ou à peine, mais un bref aperçu des cartes CRC.

Long de plus de 40 pages, le chapitre 2 évoque les classes et de nombreux aspects de conception et de comportements qui tournent autour : constructeurs par défaut ou de copie (et donc forcément opérateur d’affectation), on y traite précisément la différence entre initialisation et affectation. Bien d’autres subtilités (constance, membres de type référence, etc…) sont couvertes. Je trouve un peu dommage que l’auteur, s’il présente avec brio le comportement du langage ne prenne pas plus position.

Le titre du chapitre 3 est un peu abscons car il parle de « descripteurs », en fait il s’agit de stratégies de pointeurs intelligents tels que le « copy on write » ou le comptage de références. L’utilité pratique de ces techniques a baissé avec le temps, du fait de la baisse des coûts d’allocation, de l’augmentation des tailles mémoire, mais surtout de l’avènement du multi-threading et des architectures multi-cœurs. Mais la compréhension de ces mécanismes reste un excellent exercice, lui-même excellemment expliqué.

Le chapitre 4 traite en profondeur le cas de l’héritage simple, qu’il soit public, privé… ou protégé. C’est l’un des rares ouvrages de ma connaissance traitant de ce dernier cas il est vrai pas très utile. L’auteur n’oublie pas de parler des méthodes virtuelles et virtuelles pure et explique précisément le fonctionnement des constructeurs et destructeurs dans ces situations. Rien à redire.

C’est à l’héritage virtuel qu’est consacré le chapitre 5 et seulement à cela. Bob Murray utilise abondamment les diagrammes de Venn pour expliquer les principes sous-jacents. Bien sûr on n’échappe pas à l’héritage en diamant et à son corolaire : l’héritage virtuel. Si le cas de classes de bases héritées différemment (public, protégé, privé) est mentionné, l’auteur ne rentre pas dedans plus avant, par contre il évoque la dominance d’héritage ce qui est rare. Ici aussi, l’auteur excelle à expliquer les choses en détail, mais moins à prendre position.

C’est toujours d’héritage dont il est question au chapitre 6. Ici l’auteur rentre dans des questions de conception : quand et comment concevoir pour l’héritage ? L’héritage peut-il induire des comportements erronés ? Et plus précisément comment se comportent constructeurs et destructeurs. J’ai été surpris de ne pas voir évoqué l’héritage privé dans le cas de classes fournissant des services non virtuels aux classes dérivées, et de ne pas voir trace de l’usage du « template method ».

Le chapitre 7 est le premier à évoquer les templates. On reste en zone de sécurité avec la démonstration de template sur des smart pointeurs ou sur des fonctions. Les exemples de code deviennent aussi non triviaux. A l’époque où le texte fut écrit, le comportement des templates était peu spécifié, on n’est donc pas étonné de ne pas voir l’auteur y entrer en profondeur. L’impact sur l’instanciation de code est toutefois débattue.

C’est encore de templates dont parle le chapitre 8. Faisant suite au chapitre précédent, celui-ci est entièrement dévolu aux problématiques d’implémentation de conteneurs avec des éléments homogènes ou non et aux sémantiques de conteneurs par valeur ou par référence. Une lecture franchement difficile à suivre.

On passe aux questions de réutilisabilité au chapitre 9. Ici on se situe plus au niveau des pratiques permettant la réutilisation au niveau d’une classe : celle-ci est-elle bien documentée, avec de bons nommages ? Qu’en est-il de sa robustesse, celle-ci est-elle éprouvée avec des assertions (on ne parlait pas de tests unitaires à cette époque) ? Une grande partie du chapitre est dédiée aux questions de débogage et comment rendre son code monitorable dans ces conditions. La partie consacrée aux allocateurs et à la façon de les rendre parlant est particulièrement intéressante, y compris aujourd’hui.

On ne pouvait échapper à un chapitre consacré aux exceptions. C’est le chapitre 10. La prose n’est pas exceptionnelle, si je puis dire, même si c’est la première fois qu’on y évoque le « les exceptions doivent être exceptionnelles ».

Le livre se termine avec un chapitre sur la migration d’applications vers C++. Il s’agit en fait de considérations et d’un ensemble de conseils (de bons conseils) pour ceux passant du C au C++.

Cette ouvrage est d’une lecture aisée, du moins pour le développeur déjà expérimenté en C++, et se consomme rapidement en une semaine ou deux, ce qui n’est pas la moindre de ses qualités. La petite surprise est que le texte ne se focalise pas uniquement sur le langage mais aussi sur son usage et sur une bonne compréhension de la conception : qu’est-ce qu’une bonne classe, une bonne abstraction, etc… Le texte mériterait un bon rafraichissement car il accuse maintenant 2 décennies, mais il reste de très bonne tenue.

cpp-strategies-tactics

Référence complète : Stratégies & tactiques C++ – Robert B. Murray – Addison Wesley 1994 (V.O. : C++, Strategies & Tactics ; Addison Wesley 1993 ; ISBN : 9780201563825) – ISBN : 2-87908-066-5

C++ Strategies and Tactics

http://www.goodreads.com/book/add_to_books_widget_frame/0201563827?atmb_widget%5Bbutton%5D=atmb_widget_1.png&atmb_widget%5Bhide_friends%5D=on

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s