Note de lecture : Lean Software Development, An agile toolkit, par Mary Poppendieck & Tom Poppendieck

Note: 8 ; L’anti-taylorisme tel que nous l’enseigne l’industrie !

Le « Lean Développement » dont Mary Poppendieck est l’une des figures de proue est l’adaptation au monde du développement logiciel du mouvement « Lean production » issue de l’industrie, pratiqué notamment chez 3M et Toyota. L’ouvrage n’hésite d’ailleurs pas à illustrer les concepts évoqués par des exemples tirés de l’histoire de ces 2 sociétés (et d’autres).

Le Lean Développement, comme la plupart des méthodes agiles, ne propose pas un cadre prescriptif pour la construction logicielle, mais un ensemble de 7 principes et de 22 pratiques.

  • Eliminer le déchet : c’est l’un des principes fondamentaux du Lean développement (et des méthodes agiles en général). Il s’agit de se débarrasser de ce qui est inutile et ne participe pas à la chaîne de valeur, en utilisant deux outils que sont le repérage du gâchis et le « value stream map ».
  • Amplifier l’apprentissage : le développement d’un système informatique n’est pas une activité de production, mais un travail de développement (comme son nom l’indique), où la découverte et l’expérience jouent un rôle prépondérant. Ce principe est supporté par des outils tels que le feedback, les itérations, la synchronisation des acteurs et le « set based développement » qui privilégie la communication basé sur les contraintes (qui permet de laisser les options ouvertes) plutôt que celle basée sur les choix (qui ferme ces options).
  • Décider aussi tard que possible : Ne pas s’enfermer dans le choix de certaines options tant que l’on peut garder les options ouvertes ! Ce principe est soutenu par des outils tels que « l’option thinking », le « dernier moment raisonnablement possible » par l’utilisation d’abstraction d’interfaces ou de paramètres lors de la conception
  • Délivrer aussi rapidement que possible : cette pratique dont le nom est auto explicite s‘appuie sur des outils tels que le « pull system », où le travail est tiré, choisi au moment où l’on peut l’effectuer plutôt que d’être assigné à l’avance de façon autoritaire ; une approche directement héritée des « kanban » , la « théorie des queues », le « coût des délais ».
  • « Team empowerment » est un des fondements des méthodes agiles, mais aussi de ce que l’on appelle parfois le « Toyotisme ». Il s’agit ici de descendre le pouvoir de décision au niveau de ceux qui réalisent le travail, une approche servant-based management en rupture totale avec le taylorisme. 
  • L’intégrité : Ce principe se décline en « intégrité conceptuelle » dans laquelle les principes centraux du système fonctionnent de façon cohérente, et en « intégrité perçue » dans laquelle le système assure le bon équilibre entre fonctionnalités, ergonomie, fiabilité et critères économiques.
  • Voir l’ensemble : ce principe nous invite à améliorer le processus de développement en le considérant dans sa globalité plutôt que par optimisations locales, en utilisant des outils tels que les mesures ou les contrats.

Cet ouvrage est à mon avis hautement instructif, pratique et éclairé, il considère le développement logiciel comme une activité exploratoire, donnant la part belle à l’initiative, à l’organisation émergente et au leadership, par opposition aux processus prescriptifs, gérés par le contrôle de la conformité aux plans. Le texte rompt l’idée préconçue que le processus de développement doit être identique au processus de production et que le taylorisme est la réponse ultime de l’organisation, alors même que cette illusion a pris fin depuis plus d’un demi-siècle.

Ce livre n’évite aucun sujet épineux et traite même des aspects contractuels de la réalisation de projets, qui est un sujet hautement problématique des méthodes agiles. Les apports de la logistique industrielle que nous offrent les auteurs sont originaux et particulièrement instructifs, le plus souvent en rupture avec les idées préconçues que nous pouvons avoir sur le sujet.

La compacité du texte (186 pages) sera, j’espère, un argument supplémentaire pour vous décider à en aborder la lecture. A dévorer sans réserve !

lean-soft-dev-toolkit

Référence complète : Lean Software Development, An agile toolkit – Mary Poppendieck & Tom Poppendieck – Addison Wesley / ASD series 2003 – ISBN: 0-321-15078-3

Lean Software Development: An Agile Toolkit for Software Development Managers


http://www.goodreads.com/book/add_to_books_widget_frame/0321150783?atmb_widget%5Bbutton%5D=atmb_widget_1.png&atmb_widget%5Bhide_friends%5D=on

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s