Note de lecture : New Programmer’s Survival Manual par Josh Carter

Note : 4 ; Manque de ciblage clair

Sur le papier, le public cible de ce livre est claire : donner au jeune développeur arrivant dans la vie professionnelle une boite à outil pour lui permettre d’acquérir plus rapidement les bonnes habitudes et les bons comportements. C’est pourquoi les 225 pages de cet ouvrage au format inhabituel, plus proche du roman que du livre informatique dont nous avons l’habitude, sont découpés en 33 « tips ». Jusqu’ici tout va bien. En fait, cela ressemble au format emprunté par son ainé, le « pragmatic programmer ». Bonne également, l’idée de découper l’ouvrage en 4 parties :

  • Professionnal programming : 14 tips sur 2 chapitres, couvrant près de 100 pages, donc pas loin de la moitié du livre.
  • People skills : 9 tips sur presque 50 pages et toujours 2 chapitres.
  • Corporate world : Les deux chapitres composant cette partie regroupent 6 « tips » sur presque 50 pages aussi.
  • Looking forward : clos le texte avec 3 tips sur un seul chapitre.

Les conseils toutefois, quand on rentre dedans semblent un peu disparates. C’est sans doute pour cela que l’auteur à attribué 3 niveaux de maturité aux conseils qu’il prodigue : ceinture blanche, ceinture marron et ceinture noire. De mon point de vue c’est l’erreur fondamentale du livre. Au lieu de cibler le débutant l’auteur tente d’adresser différents publics et finalement ne satisfait correctement aucun d’entre-eux. C’est dommage car l’auteur écrit fort correctement et son savoir-faire et la pertinence de ses idées est réelle.

Le livre a voulu cibler trop large en parlant à différents publics, mais aussi en élargissant son débat depuis le craftmanship jusqu’aux aspects sociaux dans l’entreprise. On se trouve ainsi avec du code (Ruby) en début d’ouvrage et des questions sur les cycles de développement produit vers la fin. Ce n’est pas une diversité qui me choque en soi, mais j’ai du mal à y trouver une cohérence dans le propos.

En lisant ce livre, je n’ai pu m’empêcher de le comparer à « SQL antipatterns ». Ce dernier réussit là où celui-ci échoue. En effet ce premier à choisit délibérément de s’adresser au développeur souvent peu expert (et peu intéressé) par les questions ayant trait aux bases de données et à la modélisation de celles-ci. Je pense que ce « new programmer’s survival manual » aurait dû atteindre la qualité du « SQL antipatterns » en ciblant son public et surtout en maintenant sa cible dans son contenu et aurait peu et dû atteindre le même niveau de satisfaction.

C’est donc une déception.

new-prog-survival-manual-pragprog

Référence complète : New Programmer’s Survival Manual, Navigate your workplace, cube farm or startup – Josh Carter – Pragmatic Bookshelf 2011 – ISBN : 978-1-93435-681-4

New Programmer's Survival Manual: Navigate Your Workplace, Cube Farm, or Startup

http://www.goodreads.com/book/add_to_books_widget_frame/1934356816?atmb_widget%5Bbutton%5D=atmb_widget_1.png&atmb_widget%5Bhide_friends%5D=on

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s