Les 30 jours du Canard

Depuis quelque temps j’utilise Duck Duck Go comme moteur de recherche. Je souhaitais donner sa chance à une alternative à Google. C’est la moins commerciale des options en présence. Voici mon feedback.

Présentation

Duck Duck Go (je vais simplement l’apeller DDG à partir de maintenant) est un moteur de recherche dit “hybride” qui s’appuie à la fois sur ses propres crawlings et sur des moteurs de recherches externes. Deux aspects (par ailleurs très corrélés) ont mis en luière ce nouveau venu dans la bataille des moteurs de recherche:

  • Il est désormais le moteur de recherche par défaut de plusieurs distributions Linux.
  • Sa politique de respect de la vie privée, DDG ne conservant aucune information nominative de navigation !

L’un des reproches grandissant à l’encontre des moteurs de recherche en général et de Google en particulier concerne les règles de ranking. Aujourd’hui Google intègre dans ses rankings des paramètres locaux mais aussi des paramètres liés aux recherches précédentes des utilisateurs. Cela introduit un “biais de confirmation”. En clair: si vous recherchez des avis ou des informations sur un sujet controversé, disons par exemple le créationisme, vous aurez des chances de tomber en premier sur des sites pro-créationistes si vous êtes l’un d’entre-eux car vos recherches précédente auront tourné en ce sens. L’exemple est un peu grossier, mais vous comprendrez l’idée générale ! Evidemment, cette caractéristique va rendre les résultats apparemments plus désirables car ils iront d’avantage dans le sens de vos opinions initiales. Mais vous avez aussi moins de chance d’apprendre quelque chose de nouveau ou de confronter une opinion différente !

Duck Duck Go s’écarte délibérément de ces traits de personalisation. Donc outre la comparaison des résultats remontés, le ranking des informations est aussi intéressant à comparer !

Les recherches vagues

Aujourd’hui, une recherche que j’apellerais “vague” est composée de deux ou trois terme. Faire une recherche à un seul terme est à peu près inutile car ce n’est pas suffisamment discriminant. En fait aujourd’hui la plus grande part des recherches sont faites sur deux mots !

Sur ce type de recherches les deux moteurs m’ont paru globalement de pertinence égale par rapport à ce qui est remonté.

L’un des tests classiques est de rechercher sur mon nom.

  • Google flatte plus mon égo en remontant très haut, mon blog, mon profil LinkedIn ainsi que diverses choses que j’ai comises dans un passé pas très éloigné.
  • DDG est moins complaisant. Il ne va pas remonter plus haut ce que j’aimerais voir haut. Par contre il va me remonter des choses plus inattendues et que j’aurais même cru définitivement perdues pour certaines.

Dans certains cas de figure particuliers, DDG ne parvient pas à me remonter ce qui m’intéresse, alors que Google y parvient. Je n’ai pour l’instant jamais fait l’expérience inverse.

Ergonomie

Il serait dommage de passer sous silence l’apect ergonomique. DDG se distingue positivement du géant de Mountain View par l’absence de liens sponsorisés d’une part et d’autre part par un affichage particulièrement clair facilitant le repérage des sources par l’iconographie située à gauche. Je m’en sert pour repérer nottament les liens vers Wikipedia ou Twitter. Autre originalité, le propositions de termes secondaires situés à droite. Honnêtement, je les ai essayés de temps à autres mais n’en ai pas encore perçu l’utilité ou la pertinence. Mais l’idée parait bonne.

Les recherches précises

Dans ce cas, les choses se compliquent sérieusement pour DDG. Il s’agit des recherches où je souhaite cibler du contenu particulier avec 5 ou 6 termes. Je dois bien l’avouer DDG échoue souvent à me remonter ce qui m’intéresse, du moins avec un ranking valable. Je tombe à moins de 20% de recherches courronnées de succès (c’est un pourcentage au feeling, je n’ai pas de mesure précise), alors que je suis plutôt dans les 50% voir plus pour Google.

J’avoue que j’essaie généralement les deux recherches dans cette configuration. Parfois même vais-je directement sur Google. Au mieux, les deux recherches ont des pertinences équivalentes. Au pire, DDG prend cher.

Je suis venu te dire que je m’en vais ?

La bataille, au simple niveau de la pertinence tourne à l’avantage de Google ! Mais il ne faut pas négliger l’aptitude de DDG à remonter de “l’inattendu”. Parfois, c’est justement là où vous trouverez votre bonheur. Dans de rares cas, c’est ce qui m’est arrivé.

Les recherches pointues continuent à laisser à Google une confortable longueur d’avance, aucun doute là-dessus.

Maintenant la vrai question : la position éthique de DDG compense-t-elle sa performance en retrait par rapport à Google ? Dit autrement: vais-je garder DDG comme moteur de recherche par défaut ?

Au début, j’aurais répondu Non. Mais aujourd’hui je le trouve suffisemment bon dans la plupart des cas (sans compter un affichage supérieur esthétiquement dans les résultats de recherches), même si je dois régulièrement sur Google. Je vais donc le garder jusqu’à nouvel ordre, en espérant qu’il s’approche de son redoutable concurent !

Une dernière chose…

Le titre de ce post est inspiré du titre d’un film, saurez-vous le reconnaitre ? Je laisse le plus affuté et/ou le plus rapide répondre ici même !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s