OSGi en mode natif et ployglotte

Parlons net : aujourd’hui OSGi est la seule alternative qui marche à la pantalonnade “Java Modules” qui ne cesse d’être repoussée de version en version de Java. On ne saurait affirmer que nous les auront pour la version 9, mais on sait déjà que les développeurs n’auront pas accès à l’écriture de modules.

OSGi marche et depuis longtemps. Par le biais de la RFP156, cette “SOA ina JVM” n’entends pas rester cantonnée à un rôle de faire-valoir par rapport à Java Module, mais à s’étendre à d’autres environnements et langages. Sont principalement visés: C, C++ et Javascript ; mais les autres environnements sont évidemment bienvenus.

Les participants à cette RFP font tous partie des mondes C et C++; en l’occurence Celix ©, CTK plugin framework (C++), NOSGi (C++) et CppMicroServices (C++).

Cette RFP est assez sommaire, voir superficielle. Elle fait le point sur les travaux des différentes équipes et s’en sert comme base pour les requirements listés à partir de la page 9.

Et sur les autres fronts

Il y a aussi un projet sur GitHub mais il ne semble pas bouger depuis au moins un an.

Mais on n’en reste pas là. Le Polyglot OSGi fait son chemin, comme nous le démontre cette présentation

Et après le RFP 156 centré sur C++, cet article fait le point sur OSGi pour Javascript, incarné par la RFP 159 (mais celle-ci reste un brin creuse).

Le choses bougent avec une réelle volonté côté OSGi ; Elles bougent au moins aussi vite que ne s’enlise ces java Modules, pas encore là et déjà vidés de leur substance…

Note de lecture : Modular java, par Craig Walls

Note: 8 ; Vraiment un excellent tutorial, sur OSGi d’abord, puis sur Spring DM ! Bravo !

Craig Walls est déjà l’auteur de l’excellent « Spring in Action ». Je connaissais donc déjà ses talents d’auteur. Il n’a pas failli à sa réputation ici. En fait, je pense qu’il a fait encore mieux ! Le challenge de réussir ce tutorial en 200 pages, se partageant entre OSGi « brut » d’abord, puis ensuite sur Spring DM y est aussi pour beaucoup.

Dès le premier chapitre, on est séduit par la limpidité de la présentation d’OSGi et de l’intérêt d’un approche « composant runtime ». On n’en a que d’avantage l’eau à la bouche pour attaquer la première partie, celle qui présentera le développement OSGi sans Spring, soit 90 pages sur 4 chapitres.

Très intelligemment, le chapitre 2 présente la construction d’un bundle OSGi minimaliste, mais où l’on construit toute la plomberie à la main ! C’est bel et bien la meilleure façon de comprendre cette plomberie. Jouer avec la console OSGi (un outil dont la compréhension est indispensable), est le complément naturel de cette approche. C’est l’occasion d’aborder les différentes implémentations d’OSGi et principalement les deux implémentations open source : Equinox et Apache Felix. L’auteur penche pour Equinox, c’est visible.

Le troisième chapitre peut paraître curieux, car on y découvre peu de choses sur OSGi ! L’auteur nous y présente l’architecture de l’application que nous allons construire, mais surtout il introduit les outils PAX construct, une boit à outil qui va vite s’avérer indispensable pour construire et tester les bundles OSGi.

Les chapitres 4 et 5 abordent enfin la création de différents types de bundles et le développement de services. Au bout du 5ème chapitre, nous sommes devenus opérationnels pour construire des bundles OSGi qui coopèrent ensemble. Toute cette première partie constitue un tutorial remarquable.

La seconde partie va aborder l’utilisation de Spring DM afin de faciliter le développement de bundles OSGi en en masquant la complexité. 3 chapitres et 65 pages suffisent à la tâche. Le chapitre le plus important est d’ailleurs le premier de cette partie (le chapitre 6) car il explique comment la plomberie du bundle est prise en charge par le contexte Spring et l’injection de dépendances inter bundles !

C’est aux « web bundles » que ce se consacre le chapitre 7. Je l’ai trouvé personnellement assez complexe, car il a trait à beaucoup de problématiques de configuration, pour déployer des bundles sur Tomcat et sur Jetty et pour régler des problématiques de listener http et autres… Disons que c’est un mal nécessaire (ou incontournable).

Le chapitre 8 revient au développement et nous présente la création de fragments. Je pense que cela aurait pu être présenté en première partie, mais ça marche aussi ici ! Petit détail, cela ne profitera qu’à ceux qui développent avec Equinox. Dommage pour ceux qui ont choisi Apache Felix !

La dernière partie, constituée de deux chapitres, adresse le passage en production : déploiement, administration, configuration et suivi d’exploitation. Tout cela est remarquablement expliqué en peu de pages.

Ce livre ne vous donnera peut-être pas des informations complètes sur tout ce que vous pourriez savoir sur OSGi et Spring DM, ce n’est pas une bible ! Mais je pense que c’est sa qualité première, il se débarrasse du superflu pour se concentrer sur l’indispensable et nous mettre le pied à l’étrier du développement avec Spring DM. Un tutorial, un vrai. La mission est remplie à 100% ! Je conseille sans réserve ce livre qui fut une bonne surprise.

modular-java-pragprog

Référence complète : Modular java, creating flexible applications with OSGi and Spring – Craig Walls – The Pragmatic Bookshelf 2009 – ISBN: 1-934356-40-9 ; EAN: 978 1934356 40 1

Modular Java: Creating Flexible Applications with Osgi and Spring


http://www.goodreads.com/book/add_to_books_widget_frame/1934356409?atmb_widget%5Bbutton%5D=atmb_widget_1.png&atmb_widget%5Bhide_friends%5D=on