Software Freethinker

RSS

Note de lecture : La pratique du Lean Management dans l’IT, par Marie-Pia & Christian Ignace, Régis Medina & Antoine Contal

Note : 8 ; Comprendre l’application du Lean à l’informatique. Vraiment.

Il ne faut pas se leurrer : comprendre le Lean, c’est difficile. On nous parle de la maison Toyota, d’un certain nombre de pratiques, le tout cimenté avec des mots Japonais … Très bien. Mais ça reste très flou. Et comme de plus, le Lean passe pour être un peu l’aristocratie de l’agilité, ça ne fait pas très bien de dire qu’on a pas pigé ! Ce que l’on appelle parfois le « Lean Software Development » n’aide pas non plus tant que ça. Difficile de comprendre en quoi cela est différent de nos pratiques actuelles.

Il y a peu de textes qui m’ont permis de prendre conscience de la nature du Lean. En fait, il n’y en a que deux. Le premier est le « système Lean » de Womack et Jones, mais il portait sur l’application du Lean à la production. Le second est celui-ci !

On dit que l’on apprends mieux quand on nous raconte des histoires. C’est ce que font les auteurs ici. Au long des 11 chapitres complétant les 240 pages de cet ouvrages, ils nous enseignent par l’exemple les pratiques Lean au service de l’IT.

En Lean, tout part de la valeur et c’est ce que les auteurs abordent au premier chapitre. S’il ne s’appuie pas sur des exemple il expose efficacement les deux facettes de la valeur (on oublie souvent que pour le Lean il y en a deux) et les sources de gaspillage.

Le chapitre 2 « un idéal de fonctionnement » poursuit sur cette description du Lean qui reste ici encore un peu théorique en décrivant la « maison Toyota ». Un grand classique, serait-on tenté de dire, mais présenté avec une grande clarté. Même si je vois le sujet abordé pour la 3 ou 4ème fois, j’ai eu l’impression de voir la lumière s’allumer…

Le chapitre 3 « la pratique du Lean » est à lire et à relire, tel un kata que l’on répète afin de s’imprégner du message sans qu’il ne soit plus besoin d’y réfléchir. On n’y évoque pas seulement les différentes pratiques, mais aussi de la façon dont elles s’articulent, par où on commence… Une vingtaine de pages de pur enseignement.

Notre premier cas pratique arrive au chapitre 4, avec la gestion d’incidents. On y part d’une situation à laquelle on applique une démarche Lean. On expose celle-ci, notre plan d’action. Puis on déroule celui-ci avec ses découvertes ses progrès etc.… Le tout abondamment illustré est parfaitement limpide.

L’amélioration venant de la répétition, nous abordons un nouveau cas client au chapitre 5, une équipe support plus précisément. Si le chapitre 4 avait mis en pratique certains concepts comme le lead time ou le bac rouge, le chapitre 5 permet de voir plus précisément le PDCA.

De la réparation de la valeur, on passe à la création de valeur au chapitre 6 qui aborde la question du projet. D’autres outils sont illustrés ici comme l’Obeya room, la voix du client ou encore la résolution de problèmes (bien que le A3 soit mis de côté) ou encore le takt time. On le voit, un chapitre bien rempli !

C’est à la mise en flux que se consacre le chapitre 7. Parmi les thèmes qui y sont abordés, on trouve la restauration de la confiance avec le client et le management visuel.

Le chapitre 8 est entièrement consacré à l’un des piliers du Lean : le Kaisen, c’est à dire l’amélioration continue. C’est dans le cadre de l’amélioration de l’expérience utilisateur que le sujet est abordé. On y croise chemin faisant le modèle des 5 attentes client du Lean. Aspect déjà largement abordé dans les autres chapitres, le « go & see », prends une large part ici. Les concepts de « get out of the building » et d’expérimentation nous sont plus familiers dans la littérature Lean Startup mais ils figurent aussi au programme.

Il aurait été difficile de traiter pour cet ouvrage d’éluder le sujet de l’agilité. D’autant qu’Antoine et Régis sont parmi les plus anciens praticiens de l’agilité de l’hexagone car ils ont débuté avec XP dans les années 90 ! Lean y est présenté comme une approche permettant de doper la mise en œuvre de l’agilité avec XP et Scrum.

Le chapitre 10 est une occasion de reprendre de la hauteur. On y passe en revue les pratiques essentielles du Lean et ce qu’elles apportent.

Déployer le Lean ne se fait pas d’un coup de baguette magique. C’est au contraire un chemin difficile. Les auteurs évoquent leur expérience de la chose et les différents biais par lesquels cela peut être fait.

La pratique du Lean Management dans l’IT est un texte qui se lit très bien. Ne soyez pas surpris de le boucler dans la semaine. La plupart des chapitres racontent une histoire, une introduction du Lean dans un contexte particulier avec les actions menées par les coaches. Mais lecture aisée ne signifie pas texte creux ou chemin facile. De nombreuses pratiques sont mises en œuvre, beaucoup de concepts sont expliqués et nécessitent de revenir sur le contenu.

J’ai coutume d’aller écouter Régis et Antoine quand j’en ai l’occasion. Les sujets qu’ils présentent sont riches et intéressants. Mais comme disent les jeunes : on prends cher ! Les coaches Lean qui ont écrit cet ouvrage ont un très haut niveau de maturité, ils nous montrent le chemin et nous laissent comprendre que nous avons encore beaucoup à progresser en plaçant la barre très haut. Cela aussi nous vient du Lean. Et cela peut nous aider à progresser mais aussi nous décourager. C’est probablement le prix à payer.

La discrétion avec laquelle ce livre est sorti ne doit pas en occulter la valeur. Il a raté de peu mon classement du “book of the year”. C’est un texte de haut niveau dont la matière est illustrée avec talent par des cas réels et le déroulement d’une véritable transformation. Ne le ratez pas !

pratique-lean-IT

Référence complète : La pratique du Lean Management dans l’IT, agilité et amélioration continue – Marie-Pia Ignace, Christian Ignace, Régis Medina & Antoine Contal – Pearson France 2012 – ISBN : 978-2-7440-6544-6

La pratique du Lean Management dans l'IT
agiletourSpeakingAt
Agile Grenoble 2013 Speaker
Software Freethinker followers